.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les  calendriers

La chronologie juive

Nous donnons le nom Chronologie juive au système chronologique qui a été appliqué par les juifs à l'histoire sainte, à partir de la création du monde jusqu'à la destruction du second temple par les Romains. Ce système s'appuie entièrement sur le texte hébreu de la Bible hébraïque (l'Ancien Testament). On le trouve déjà dans le Séder olam rabba (Grande Chronique), attribué à José ben Halafta, docteur juif du IIe siècle après l'ère chrétienne. Nous commençons par en donner ici le tableau. Dans les deux colonnes de droite de ce tableau, les chiffres de la colonne E. Cr. représentent la date à partir de l'Ere de la Création; les chiffres de la colonne Ans représentent les différences entre les nombres de la col. E. Cr.
-
Ans E. Cr.
 1. Création du monde
 2. Déluge
 3. Naissance d'Abraham
 4. Naissance d'Isaac
 5. Naissance de Jacob
 6. Jacob descend en Egypte 
 7. Sortie d'Egypte 
 8. Commencement du Temple de Salomon
 9. Exil de Babylone 
10. Fin de l'exil de Babylone 
11. Fin de l'empire persan 
12. Ere des Séleucides
13. Avènement des Macchabées 
14. Avènement d'Hérode
  Ere chrétienne
15. Destruction du second temple  .
-
1656
292
100
60
130
240
480
410
70
34
6
174
103

103

 -
1656
1948
2048
2108
2238
2448
2928
3338
3408
3442
3448
3622
3725
3760
3828

Ce tableau peut se condenser d'après les groupes suivants signalés par les chronographes
-

A. Création à naissance d'Isaac (n° 1-4)
B. Isaac à sortie d'Egypte (n° 5-7) 
C. Sortie d'Egypte à temple de Salomon (n° 8) 
D. Du premier au second temple (n° 9-10) 
E. Durée du second temple (n° 11-15)
2048
400
480
480
420
Total : 
3828

Nous signalerons encore le groupe remarquable formé par les numéros 8 à 12 et qui a juste une durée de 4000 ans.

Explication du tableau.
On verra d'abord que les numéros 1 à 10 sont tous tirés de l'Ancien Testament et s'expliquent par lui. Nous suivrons un à un les numéros du tableau. - 1. Ce numéro est tiré de Genèse, V, 3 à 32, et VII, 11. Ces textes, qui contiennent la chronologie des dix générations antérieures au Déluge, donnent exactement, d'Adam jusqu'au Déluge, 4656 ans. - 2. Ce numéro est tiré de Genèse, XI, 10-27, où se trouve la chronologie des dix générations qui vont de Noé à Abraham et qui donne exactement, du Déluge jusqu'à la naissance d'Abraham, 292 ans. Il faut remarquer que les Septante ont des chiffres différents de ceux du texte hébreu; pour le numéro 1, ils ont un total de 2242 ans; pour le numéro 2, 1072 ou 1172 ans. La version syriaque a des chiffres qui diffèrent à la fois du texte hébreu et de la traduction des Septante. - 3. Tiré de Genèse, XXII, 5. - 4. Genèse, XXV, 26. - 5. Genèse, XLVII, 9. - 6. D'après Exode, XII, 40, la captivité d'Egypte a duré 430 ans; dans Genèse, XV, 30, on lui assigne, en chiffres ronds, la durée de 400 ans. Mais tous les commentateurs ont remarqué que ces données sont en contradiction avec la généalogie de Lévi, fils de Jacob, donnée Exode, VI, 16-21, et qui ne compte que deux générations entre Lévi et Moïse (Kehat, fils de Lévi; Amram, fils de Kehat, père de Moïse). 

Pour résoudre cette difficulté, la chronologie juive suppose que les 430 ans de captivité partent de l'époque où Dieu a annoncé cette captivité à Abraham (Genèse, ch. XV) et qu'Abraham avait à cette époque soixante-dix ans, trente ans avant la naissance d'Isaac; elle imagine même exprès un voyage d'Abraham en Terre-Sainte antérieur à celui que fit Abraham à soixante-quinze ans, d'après Genèse, XII, 4. ( le Séder olam rabba, ch. Ier; Talmud, Sabbat, 10b, dernier alinéa des Tosafot, et Tosafot de Talmud Aboda Zara, 9a;  le texte du Talmud, Abod. Z., 9a.) Par suite, la captivité de la postérité d'Abraham, annoncée dans Gen., XV, et qui doit durer 400 ans, commence dès qu'Abraham a un fils légitime, c.-à-d. à la naissance d'Isaac et, en effet, nos numéros 5, 6, 7 font un total de 400 ans. - 8. Tiré de I Rois, VII, 1; le commencement (de la construction) du temple de Salomon ou premier temple se place, d'après ce texte, dans le commencement de la quatrième année du règne de Salomon. - 9. Le total des règnes des rois de Juda, d'après les indications parrallèles du livre des Rois et du livre des Chroniques, depuis la quatrième année de Salomon jusqu'à la captivité de Sédecias et la destruction du temple par Nabuchodonosor (c.-à-d. jusqu'à l'exil de Babylone), est donné par le tableau suivant :
-

Ans
Salomon(4° ann.)
Roboam
Abia
Asa
Josaphat
Joram
Abazia
Athalie
Joas
Amasia
Ouzia
Jotam
Ahaz
Ezéchias
Manassé
Amon
Josias
Joahas
Joiakim
Joiakhin
Sidecias 
37
17
3
41
25
8
1
 6
40
29
52
16
46
29
55
2
31
(3 mois)
11
(3 mois)
11

Ces chiffres forment un total de 430 ans. Si l'on ajoute à cette somme la durée vraie de l'exil de Babylone, qui a été de 50 ans, on obtient 480 ans, total conforme à celui des numéros 9-10 (ou groupe C). Seulement, comme Jérémie (XXV, 11; XXIX, 10) avait prédit que l'exil durerait 70 ans, la chronologie juive, s'appuyant sur II Rois, XXIV,1, où il est dit que Joiakim fut vaincu, dans la troisième année de son règne, par les alliés de Nabuchodonosor, fait partir l'exil de cette troisième année, de sorte qu'il ne reste, pour la durée des règnes des rois de Juda que 410 ans (n°9), et que l'exil dure fictivement 70 ans (n° 10). On peut voir sur ce sujet la Chronique d'Abraham ibn Daud, édit. Neubauer (Oxford, 1887, p. 47, lignes 4-5, et p. 48, 1, 18 et suiv.). - 11-15. Il est entendu, pour la chronologie juive, que le second temple, depuis le retour de l'exil jusqu'à la destruction du temple par les Romains, a duré 420 ans (groupe E), sur lesquels il y a 34 ans pour la domination persane jusqu'à Alexandre (n° 11), 180 ans pour l' « empire grec » jusqu'aux Macchabées (n° 12-13), 103 ans pour la durée de la dynastie des Macchabées (n° 14) et autant pour la durée du royaume hérodien jusqu'à la destruction du temple (n° 14). Ces chiffres se trouvent déjà au IIe siècle dans le  Séder olam rabba, ch. XXX, et dans le Talmud (Aboda Zara, 9a; Sanhédrin, 97a). La fin du système (n° 12-15) est à peu près juste, elle ne contient que de très petites inexactitudes, qui viennent de ce que, dans toute cette chronologie, on recherche les nombres ronds et les dispositions symétriques. La destruction du temple ayant eu lieu en l'an 70 de l'ère chrétienne, l'ère des Séleucides (312 avant l'ère chrétienne) tombe 382 ans avant la destruction du temple; notre tableau met, pour arrondir, 380 ans (total des n° 13-15). De là vient que, l'origine de ces 380 ans étant placée exactement en l'an 312 avant l'ère chrétienne, la chronologie juive, comme tous les historiens l'ont remarqué, est obligée de placer la destruction du temple deux ans trop tôt, en 68 au lieu de 70 de l'ère chrétienne. 

L'avènement des Macchabées commence, pour la chronologie juive, à Jean Hyrcan (135 ans av. J.-C.); de Jean Hyrcan à la destruction du temple, il y a donc 135+70 = 203 ans. La chronologie juive, par esprit de symétrie, a divisé cette période en deux parties égales de 103 ans en chiffres ronds, ensemble 206 ans (total des n° 14-15), dont une moitié pour les Macchabées et l'autre pour les princes hérodiens (les chiffres historiques sont, pour les premiers, 98 ans; pour les seconds, 107 ans). Il reste à expliquer les numéros 11-12 et le total des numéros 11-15 (groupe E). 
Nous croyons que le chiffre total E (420 ans) vient des fameuses 70 semaines de Daniel (ch. IX). En rapprochant le v. 24 du v. 2, on en a conclu que les 70 semaines partaient de l'époque de l'exil prédit par Jérémie et finissaient avec le temple; il était convenu que chacune de ces semaines représente 7 ans, cela fait donc 7 X 70 = 490 ans; retranchez les 70 ans de l'exil, reste 420 ans (groupe E) pour la durée du second temple. Ce chiffre étant déterminé et le chiffre 380 (n° 13-15) l'étant également, il ne restait, pour les numéros 11-12 ensemble, que 40 ans ( Abraham ibn Daud, l. c., p. 50). C'est la seule explication, à ce qu'il semble, qu'on puisse donner de ce singulier chiffre de 40 ans, représentant la période qui va du retour de l'exil à l'ère des Séleucides. tandis que le chiffre vrai serait 225 ans (537 à 312). D'où vient la division (omise cependant par certains chronographes juifs) de ces 40 ans ou 34+6? Nous supposons qu'on a détaché les 6 années pour faire à « l'empire grec » une durée de 180 ans en nombres ronds (n° 12-13), d'autant plus que l'on savait que «-l'empire grec-» avait commencé avant l'ère des Séleucides. C'est ce qui fait que finalement il est resté 34 ans pour la domination persane après le retour de l'exil; ces 34 ans peuvent, du reste, se justifier encore par une autre considération. Les juifs confondaient, on le sait par le Talmud, tous les rois persans : pour eux, Cyrus, Darius, Artaxerxès n'étaient qu'une seule et même personne, et ils s'imaginaient probablement qu'après le règne de ce roi unique était venu Alexandre. Or, Néhémie était venu à Jérusalem dans la vingtième année d'Artaxerxès (Néh., II, 1); il y resta 12 ans (Néh., XIII, 6), revint à Suse, puis retourna à Jérusalem. Une durée de 34 ans au moins est donc nécessaire pour la domination persane après l'exil.

Critique du système. 
On voit que nous avions raison de dire, au commencement de cet article, que toute cette chronologie repose sur la Bible. Ce qui précède montre suffisamment aussi qu'elle n'a pas de caractère historique. Les chiffres de la Bible eux-mêmes, dans les numéros 1-8 de notre tableau, n'ont rien à faire avec l'histoire, les 480 ans du numéro 8, notamment, représentent douze générations à quarante ans, et si on n'est pas sur de l'explication des autres nombres de cette série, on est parfaitement sûr que ce sont des nombres symboliques. La chronologie des rois de Juda et d'lsraël est des plus incertaines, la seule date sûrement exacte qu'elle renferme est celle de la chute de Samarie en 722 (ou 721) av. l'ère chrétienne, tous les autres chiffres sont, au moins dans une certaine limite, sujets à caution, et par suite de diverses considérations qu'il n'y a pas lieu d'exposer ici, les historiens sont amenés à réduire, au moins de 13 ans (d'autres vont jusqu'à 39 ans), la durée totale des règnes des rois de Juda depuis Salomon; il faut donc diminuer d'autant le chiffre de 430 que nous avons trouvé plus haut ou le chiffre de 410 de notre tableau (n° 9) qui va jusqu'à la troisième année de Joiakim. Les auteurs de notre chronologie ont contribué, à leur tour, à vicier l'exactitude du système. La réduction de l'exil d'Egypte à 210 ans (n° 7) est arbitraire, l'erreur qu'ils ont faite sur la durée du second temple est considérable. Quelques-uns de leurs nombres paraissent aussi trahir chez eux le besoin de jouer avec les nombres. On ne peut, dans tous les cas, s'empêcher d'être frappé de retrouver deux fois le nombre 480 dans les groupes A-E, quoique ces chiffres soient tirés directement de la Bible, et nous ne savons si la différence de 1000 ans entre les numéros 7 et 12 est accidentelle ou cherchée. Les préoccupations millénaires n'étaient pas étrangères aux rabbins, puisque l'un d'eux prédit au monde une durée de 6000 ans divisés en trois périodes de 2000 ans chacune (Aboda zara, 9a), une période chaotique, la période historique et la période messianique. Quoi qu'il en soit, il est maintenant évident que l'ère de 3760 ans pour la création n'est pas même exactement fondée sur la Bible et qu'il serait difficile de dire, à un certain nombre d'années près, quelle serait l'ère de la création d'agrès la Bible. On sait que les Pères de l'Eglise et les écrivains ecclésiastiques des premiers siècles se sont beaucoup occupés de ces questions (Eusèbe, saint Jérôme, saint Augustin, Isidore de Séville, saint Julien de Tolède, etc.) et qu'il s'est produit ainsi un grand nombre d'hypothèses différentes et de systèmes différents sur l'ère de la création. Beaucoup de ces systèmes obéissent. à la préoccupation de faire naître Jésus vers l'an 4000, au début de cette troisième période que les rabbins, comme on l'a vu, considéraient commee la période messianique. (Isidore Loeb).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.