.
-

La chasse Galerie

Dans le folklore de plusieurs régions de France, ainsi qu'au Canada, le nom de chasse Galerie est donné à des chasses fantastiques qui appartiennent à des cycles différents. Dans le premier groupe (Poitou, Vendée), on a affaire à une chasse maudite, menée par un seigneur qui doit expier un péché, dans le second (Saintonge, Canada), ce sont les légions du Diable qui sont à la chasse des âmes damnées.

La Chasse maudite.
D'après la tradition du Poitou, le seigneur Gallery était méchant envers les paysans et profanait ouvertement le jour du Seigneur. Un dimanche, à l'heure de la grand-messe, il lança un cerf, qui forcé par sa meute, se réfugia, au moment du Sanctus, dans une grotte habitée par un ermite. Celui-ci défend son hôte et menace Gallery de la vengeance céleste, s'il ne s'agenouille pas. Le seigneur méprise l'avertissement, et veut continuer sa chasse ; alors l'anachorète lui dit : 

« Va, Gallery, et poursuis le cerf ; le Tout-puissant te condamne à le chasser toujours, du coucher du soleil à son lever ».
Depuis lors Gallery chasse toutes les nuits, tantôt dans la terre, tantôt dans les régions des nuages. Le seigneur auquel appartenait la forêt de Tanouarn en Ille-et-Vilaine vint un jour à traverser avec sa meute la grande ligne juste au moment où le recteur de Dingé portait le viatique à un mourant. Il ne s'arrêta point, ne se découvrit même pas et disparut sous le couvert. Personne ne le revit jamais; mais on l'entend depuis des siècles, traversant l'air et poursuivi par ses chiens. C'est la chasse à l'Humaine que, dans les forêts de Tanouarn et de Bourgouet, tout le monde a entendu passer la nuit.

Un paysan de Vendée, entendant un soir passer la chasse, s'écria d'un ton moqueur : 

« Gallery, je me mets de part avec toi ; tu m'apporteras demain la moitié de ta chasse! »
A l'aube du jour, il trouva à sa porte la moitié du cadavre d'une femme. 

La  chasse infernale (chasse volante).
En Saintonge la chasse Galerie, dite aussi Chasse volante, parce qu'elle avait lieu, la nuit dans les airs, se faisait à des époques relativement rares. Elle se composait, de chiens courants, de chevaux ailés montés par des « diablotons » et des âmes maudites.

En Saintonge, la chasse Galerie était le présage très certain qu'il devait, sous peu, survenir de grands événements, tels que la guerre, la peste, la famine. C'était bien pis quand elle descendait jusqu'à terre. Des villageois ont raconté l'avoir vue au commencement de la Révolution : ils affirmaient qu'elle s'était fait entendre le 14 juillet 1789 et qu'elle avait reparu en 1792, avant la Terreur.

Les émigrants saintongeais qui ont, pour une forte part, contribué à la colonisation de la Nouvelle-France, y avaient apporté le nom de la chasse Galerie, et probablement aussi sa légende; mais sous ce ciel nouveau, elle a subi une transformation. 
-

Canot qui vole de la chasse galerie.
Le canot d'écorce volante de la chasse Galerie canadienne.

Au Canada, plus d'un vieux voyageur affirme avoir vu voguer dans l'air la chasse Galerie, sous la forme d'un canot d'écorces, rempli de possédés, s'en allant voir leurs « blondes », sous l'égide de Belzébuth. Il suffit, pour la mettre en mouvement, de promettre à Satan de lui livrer son âme, si d'ici six heures on prononce le nom de Dieu, ou si on touche une croix pendant le voyage, et de prononcer une formule magique. La barque va plus vite que le vent à travers les airs, et, après une station à l'endroit désigné, ramène les passagers au lieu où elle les a pris. (P. Sébillot).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.