.
-

Céphale

Céphale ou Céphalus (personnage de la mythologie grecque), fils d'Hermès et de Hersé, ou fils de Déion et de Diomédé, né à Thoricos en Attique. Époux de Procris, fille d'Érechthée, il fut enlevé par Éos pendant une chasse.

Céphale venait d'épouser Procris, qu'il aimait tendrement, quand Éos, l'ayant aperçu un jour qu'il chassait sur l'Hymette, l'enleva et le porta en Syrie; mais, loin de répondre à l'amour de la déesse, Céphale ne cessait de songer à sa chère Procris. Éos irritée lui inspira des doutes sur la fidélité de son épouse et lui conseilla de l'éprouver. 
-


Céphale et Procris, par Veronese.

Céphale se présenta donc à Procris sous un déguisement et tenta de la séduire en lui offrant de riches bijoux. L'honnête épouse résista d'abord, puis la tentation fut la plus forte. Céphale, s'étant fait alors reconnaître, chassa la malheureuse Procris, qui se retira en Eubée (ouen Crète) et se mit sous la protection d'Artémis. La déesse - ou, suivant d'autres, Minos - lui fit don d'un chien au flair merveilleux et d'un javelot infaillible, et la renvoya, méconnaissable, auprès de Céphale, qui,pour devenir possesseur du chien et du javelot, commit la même faute que sa femme. Les deux époux néanmoins se réconcilièrent. 

Mais Procris, redoutant quelque nouvelle infidélité de son époux, le suivait à la chasse et l'épiait sans qu'il s'en doutât. Un jour qu'elle était cachée dans un buisson, Céphale, trompé par le bruit, lança contre elle son terrible javelot. Le meurtrier fut cité devant l'Aréopage, qui le bannit d'Athènes; il se retira d'abord à Thèbes, auprès d'Amphitryon, où il prit part à la guerre des Téléboïens, fonda le temple d'Apollon au promontoire de Leucade, puis dans l'île qui prit de lui le nom de Céphallénie. Selon une autre tradition, Céphale, inconsolable de la mort de Procris, se précipita dans la mer du haut du promontoire de Leucade.

Quant au chien de Céphalus, Amphitryon l'emprunta pour poursuivre le renard insaisissable de Teumesse. Les deux animaux furent changés en pierre par Zeus, durant cette chasse. Ovide a raconté l'histoire de Céphalus et de Procris dans le 7e livre des Métamorphoses.

Les représentations de Céphale.
Dans l'Antiquité, l'enlèvement de Céphale par Eos a été l'un des thèmes favoris des peintres de vases; et la scène était représentée sur les portes du temple d'Apollon à Amyclée. Dans les temps modernes, le même sujet a été représenté dans Céphale enlevé par l'Aurore, tableau d'Annibal Carrache, au palais Farnèse, à Rome. L'Aurore, en longue robe rouge flottante, tient enlacé le beau Céphale et le dépose sur son char, attelé de deux beaux chevaux blancs. Le jeune chasseur, entièrement nu, se réveille, tout surpris d'être embrassé par une divinité. Un Amour voltige dans les airs et regarde le groupe d'un air narquois. Au premier plan, à droite, est un vieillard endormi, emblème de la fin de la nuit. Le même sujet a été traité par le Cortone

Au même mythe se rattache Céphale et Procris, tableau du Guerchin, au musée de Dresde. Procris est étendue à terre, la poitrine percée d'une flèche; Céphale, assis près d'elle sur une pierre, lève vers le ciel des regards désespérés. Ses chiens sont immobiles et la tête baissée. Un petit Amour éploré plane dans les airs. Ce tableau fut exécuté par le Guerchin, en 1644, sur la commande du cardinal Cornelio Bentivoglio, pour Anne d'Autriche

Beaucoup d'autres artistes ont traité le même sujet. Le sculpteur anglais Flaxman a fait un beau groupe en marbre représentant Céphale et l'Aurore. (Ce groupe appartient à une collection particulière). (NLI).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2005. - Reproduction interdite.