.
-

Britomartis

Britomartis est devenu le surnom d'Artémis en Crète. Ce nom est communément dérivé de britô = bonne, bienfaisante, et de martis (marna)  = vierge. Britomartis paraît avoir été, à l'origine, une déesse de la nature révérée par la chasseurs et les pêcheurs de la Crète, divinité indigène, distincte d'Artémis, bien que, dans son essence, elle eût avec elle une étroite affinité. Mais, lorsque le culte de l'Artémis dorienne se fut introduit en Crète, les deux divinités, en raison de cette affinité d'essence, entrèrent dans un rapport intime. Britomartis se transforma en une nymphe compagne d'Artémis et aimée d'elle (Callimaque et Pausanias). Suivant le scoliaste d'Aristophane, sauvée par la déesse dans un danger, elle lui érigea un temple; ou bien, suivant le scoliaste de Callimaque, Artémis emprunta de son amie le nom de Britomartis, et fut révérée en Crète sous ce nom. Puis toutes les deux finirent par se confondre en un même être; Britomartis devint fille de Léto (Euripide, Aristophane, etc.). 

Les mythes relatifs à Britomartis considérée comme nymphe, forment deux groupes distincts : 

a. Britomartis était fille de Zeus et de la fille d'Hubulos, Carmé; c'était une nymphe de Gortyne, Elle se plaisait aux courses vagabondes et à la chasse, et devint extrêmement chère à Artémis. Poursuivie depuis neuf mois par Minos, qui l'aimait, elle tomba, en fuyant, dans une rivière, et se prit dans des filets de pêcheur; ou, suivent un autre récit, elle se précipita du haut d'une montagne dans la mer, où elle se trouva de même prise dans des filets : Artémis la délivra; puis elle l'éleva à la dignité de déesse. La nouvelle divinité lut révérée non seulement en Crète, mais aussi à Égine, où elle se nommait Aphaea. En Crète on l'appelait Dictymna ou Dictynna (de dictyon = filet).

b. Elle était fille de Zeus et de la fille de Phénix, Carmé. Elle aimait la solitude, et avait fait voeu d'éternelle virginité. De la Phénicie elle se rendit à Argos, auprès des filles d'Érasinus, Byzé, Mélité, Maera et Anchiroé. De là elle passa jusqu'à Céphallénie, dont les habitants lui rendirent des honneurs divins sous le nom de Laphria. Elle se transporta ensuite en Crète, où Minos la poursuivit; mais elle se réfugia chez des pécheurs, qui la cachèrent sous leurs filets. Elle prit de là le nom de Dictynna, et fut révérée comme une divinité. Un marinier (Andromèdes) la conduisit de Crête à Égine. Là, menacée de violence, elle s'enfuit de la barque dans un bois sacré de l'île où son temple se voyait par la suite; et, étant entrée dans le sanctuaire d'Artémis, elle disparut. Les Éginètes la nommèrent Aphaea, et lui consacrèrent un temple (Antoninus Libéralis). 

Britomartis était donc primitivement la grande et spéciale divinité d'une tribu adonnée à la pêche et à la marine; comme telle, la déesse des ports et la protectrice de la navigation; peut-être est-ce de son culte que celui d'Artémis a emprunté cet élément, lorsque les deux divinités s'identifièrent. Aussi les temples de Britomartis aussi bien que ceux d'Artémis étaient-ils généralement placés sur les bords de la mer. Elle semble d'ailleurs avoir été conçue aussi comme déesse de la lune. Un effet, sur des monnaies romaines du temps de l'empire, Dictynna est représentée avec le croissant. Elle a été aussi identifiée avec Hécate. (E. Jacobi / Th. Bernard).
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.