.
-

Apollon Soranus

Apollon Soranus (religion romaine) était le dieu adoré sur le sommet si pittoresque du Soracte. Nous n'avons malheureusement sur lui que des documents très incomplets-: Virgile lui donne le nom grec d'Apollon :
"Summe deum, sancti custos Soractis Apollo". (Enéide, XI. 183).
Il en fait sans contredit un dieu du soleil. Le nom de Soranus n'est pas formé d'après celui de la montagne, c'est au contraire celui de Soracte ou Sauracte qui dérive, selon toute probabilité, du latin sol ou saul, du gothique savil, etc., à rapprocher du sanscrit svar, briller. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'à côté d'Apollon Soranus on retrouve  Feronia, ce qui permet de rapprocher ce dieu du Jupiter Anxur.

Le Soracte se trouve au milieu d'une fertile campagne; on retrouve encore aujourd'hui à l'est de cette colline, dans le voisinage de l'église S. Romana, une caverne avec de profondes fissures, le Voragini, desquelles s'exhalent des miasmes que les anciens connaissaient déjà. Le village de Sant-Oreste est sans doute l'ancien Lucus Feroniae; et la vieille église de San-Silvestro est probablement sur l'emplacement même du temple d'Apollon. 

Une antique légende raconte qu'un jour où l'on voulait faire sur la colline un sacrifice à Dis Pater, une bande de loups aurait tout à coup ravi les victimes de l'autel les bergers les poursuivent; les loups arrivent à une caverne d'où sortent des vapeurs méphitiques qui asphyxient instantanément les bergers. Une peste se répand à travers le pays; un oracle promet la guérison des habitants s'ils consentent à vivre, comme les loups, de rapine. Ainsi prit naissance la lignée des Hirpi Sorani, dont quelques familles se sont conservées jusque sous l'Empire. Ces familles étaient très célèbres par les arts, où ils excellaient. 

Tous les ans, à la fête d'Apollon et de Feronia, ils jouaient de la flûte avec un rare talent; ils traversaient nu-pieds et la flûte aux lèvres, des morceaux de bois en flammes, sans se brûler, et le sénat les libérait du service militaire. On retrouverait ailleurs, et surtout 
dans les religions du Nord, des traces de cérémonies tout à fait analogues. C'était une purification officielle, par laquelle les habitants du Soracte s'assuraient la protection du dieu qui trônait sur la colline. (L. Preller).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.