.
-

Antinomiens

Antinomiens, appelés aussi Islebiens, à cause de Jean Agricola, d'Eisleben, et Nomomaches, sectaires religieux du XVIe siècle (La Renaissance), qui s'appuyaient sur des paroles de Jésus (Matth. v, 17, 21) et Marc (XII, 28-34) et de saint Paul (Rom. IV, 15 et v. 20) (Nouveau Testament) pour déclarer la loi mauvaise et pernicieuse et soutenir que la foi seule, sans condition, est le fondement du salut. Cette doctrine, à laquelle Luther donna le nom d'antinomisme et qu'il finit par combattre avec une âpreté qui n'a été dépassée dans aucune autre de ses polémiques, était pourtant le résultat du mouvement suscité par lui, parmi ses contemporains; une conséquence excessive de sa propre doctrine : Justification par la foi opposée au Salut par les oeuvres. 

Pour défendre cette thèse fondamentale, il s'était parfois servi d'expressions que les antinomiens les plus intransigeants auraient pu signer; il avait appelé la loi, qui prescrit le devoir, une parole de malédiction et de perdition, et il avait dit qu'un peuple qu'on veut effrayer et contraindre au nom de la loi ne mérite plus le nom de chrétien. Néanmoins, lorsqu'à l'élan des premiers assauts contre Rome succéda la nécessité d'organiser l'oeuvre de la réformation, il rendit à la loi, au commandement divin, la place qui lui appartient dans la religion chrétienne. Ce faisant, il se conformait à ses convictions intimes et constantes; mais tous ses disciples ne le suivirent point sur cette voie. 

En 1527, dans son Instruction pour les pasteurs et dans les articles qui la résument, Mélanchthon avait recommandé de prêcher, non seulement la foi, mais la repentance, qui doit la précéder, et Ie Décalogue (Ancien Testament), qui doit préparer la repentance. Aussitôt Jean Agricola, recteur de l'école d'Eisleben et prédicateur en cette ville, attaqua ces recommandations comme contraires au principe de la justification par la foi seule, et il proclama la suppression complète de la loi. Luther intervint et obtint d'Agricola, sinon une rétractation, au moins une atténuation en l'expression de son opinion et un certain silence. En 1536, Agricola renouvela, avec une violence plus grande, ses attaques contre le Décalogue, dont la place, disait-il, était au tribunal et non dans la chaire évangélique.

Luther, cette fois, descendit dans la lice et, tout en exposant les rapports de la loi et de la grâce, se répandit en injures et en sarcasmes contre son adversaire. Pour des motifs étrangers à l'objet de la controverse, celui-ci se soumit, et il se produisit un apaisement qui dura jusqu'à la mort de Luther. Alors Flaccius recommença le combat centre l'antinomisme, au nom du réformateur; après Agricola, décédé, il rencontra comme principal adversaire, Amsdorf, un évêque institué par Luther. La lutte se prolongea ainsi entre deux partis, dont les chefs étaient des disciples convaincus et avaient été des amis fervents de Luther.

Par l'effet ordinaire des discussions, les antinomiens avaient été amenés à outrer les formules de leur doctrine. Agricola avait dit : 

Si es adulter, scortator, usurarius, avarus, aut allis pollutus peccatis, si tantum credis, salvus es. 
Otto de Nordhausen ajouta que ce qu'il y a de meilleur pour le chrétien, c'est d'ignorer la loi et, pour le prédicateur, de n'en point parler. C'était déclarer les oeuvres simplement inutiles; Amsdorf affirma qu'elles sont nuisibles au salut. D'autres théologiens exprimèrent un sentiment analogue, en des termes qui sont aujourd'hui intraduisibles, mais que le père Garasse a traduits avec joie (Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps, Paris, 1623, liv. V, sect. xv). La Formule de concorde, 1577-80, mit fin à ces disputes, qui avaient duré cinquante ans, en condamnant les antinomiens. (EH. Vollet).
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.