.
-

Amphitrite

Amphitrite, déesse grecque de la mer. Dans les poèmes homériques, Amphitrite est simplement une personnification de la mer. Elle est fille d'Océanos, comme ses soeurs, les Néréides, et son nom traduit l'idée de la mer dont les flots se brisent avec bruit sur les rochers. C'est dans la Théogonie d'Hésiode qu'elle est pour la première fois associée à Poséidon
« D'Amphitrite et de Poseidon qui retentit au loin, dit le poète béotien, naquit le grand et puissant Triton ». 
Mais ce n'est pas avant Pindare que la mythologie grecque attribue à la déesse le caractère qui prédomine par la suite, celui de compagne légitime du dieu marin. Pindare appelle Poseidon « l'époux d'Amphitrite à la quenouille d'or ».  Cette conception devient dès lors très familière à l'Antiquité, et, dès l'époque archaïque, les artistes associent fréquemment Amphitrite et Poseidon. C'est comme l'épouse du dieu, qu'elle était représentée sur les bas-reliefs du temple d'Athéna Chalcioecos (Khalkioecos)  à Sparte, et sur ceux du  trône d'Apollon à Amyclae. Parmi les monuments conservés, nous citerons les peintures du vase François, à Florence, et des tablettes de terre cuite votives trouvées près de Corinthe, qui montrent fréquemment Amphitrite auprès de Poseidon.
-
Amphitrite et Poséidon.
Amphitrite et Poséidon assis sur un char conduit par des Tritons.
Frise du Temple de Neptune, à Rome (Glyptothèque de Munich).

Dès la VIe siècle, la piété populaire ne la séparait pas du dieu marin. La sculpture traduisait les mêmes idées; ainsi on voyait à Olympie un ex-voto de Mikythos représentant les deux divinités dans un même groupe, et l'on sait que, parmi les figures du fronton ouest au Parthénon, on reconnaît Amphitrite dans la divinité féminine qui guide le char de Poseidon. A une date plus récente, Télésias d'Athènes avait exécuté un groupe colossal d'Amphitrite et de Poseidon à Ténos. Dans le temple de Poseidon, près de Corinthe, on voyait, au temps de Pausanias, un magnifique ex-voto d'Hérode Atticus, représentant les deux divinités sur un char attelé de quatre chevaux, auprès desquels se trouvaient deux Tritons d'or et d'ivoire, et un enfant, Palaemon, monté sur un dauphin. La légende des amours de la déesse et de son époux fournissait aussi à l'art un thème très varié. 

Suivant une tradition recueillie par Eratosthène, Amphitrite, poursuivie par Poseidon, vient chercher un refuge auprès d'Atlas, et le supplie de protéger sa virginité. Mais le dieu de la mer envoie à sa recherche un dauphin qui ramène la Néréide, et que Poseidon, en souvenir de ce service, place parmi les constellations. Une peinture décorant une amphore du musée de Saint-Pétersbourg retrace une scène inspirée par cette légende. D'après une autre version, c'est en voyant Amphitrite dansant avec ses compagnes, à Naxos, que Poseidon s'en serait épris, et l'île de Naxos aurait été le théâtre de l'enlèvement. De nombreuses peintures de vases montrent à quel point cette forme du mythe était populaire. Nous citerons en particulier une pyxis du musée d'Athènes, ou le dieu poursuit la jeune fille en présence de Nérée et des Néréides effrayées. 

Un grand nombre de de scènes conservées par les monuments font allusion aux noces divines d'Amphitrite et de Poseidon. Dans cette série, un des monuments les plus digues d'attention est le beau bas-relief de la glyptothèque à Munich, qui représente les deux époux assis sur un char, entourés d'un cortège d'Eros, de Néréides et de Tritons. Une mosaïque du musée de Naples, trouvée à Pompéi, reproduit le même sujet qui a longtemps été traité par l'art antique. Dans la mythologie classique, Amphitrite est, en effet, l'épouse du dieu de la mer, et par là elle se distingue des autres Néréides qui jouent auprès d'elle le rôle de divinités secondaires. (Max. Collignon).
-

Amphitrite, Athéna et Thésée.
Amphitrite remet à Thésée la couronne d'or en présence d'Athéna.
Fond de coupe grecque. Musée du Louvre.
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.